EXPOSITION [Hors les murs]

Affiche prévôté 2018

5 artistes membres de 361° – Espace d’Art Contemporain prennent possession des murs de la galerie de la Prévôté à Aix-en-Provence du 16 au 30 août.
Venez découvrir ou redécouvrir :

Chrystel Regord, artiste plasticienne
Nicole Besnainou, sculpteur et peintre
Yves Célaire, sculpteur fondeur
Viviane Jouvenot, artiste plasticienne installations
Véronique Gérard, photographe

Exposition « L’Art Libéré »

Flyer CSassatelli & SBlecon & BGillman & MiraBella

Flyer CSassatelli & SBlecon & BGillman & MiraBella2

– Stéphane Blécon, artiste peintre
– Céline Sassatelli, artiste plasticienne collage
– Mira-Bella, sculpteur terre
Et Béatrice Gillman, sculpteur terre

 

Stéphane Blécon :
Ce que je faisais doit disparaître, mais ce que je fais aujourd’hui, le réutilise. Faire avec cette évidence. Faire avec le temps, le temps de la peinture: faire la même chose autrement… autrement la même chose.
Questionner ce temps, imprévisible et toujours à l’œuvre, trancher dans le vif, le vif du sujet, celui de la peinture en tant que surface inanimée qui n’attend que mon couteau pour se révéler. Le chaos et ses traces sont visés: détruire ce qui était fait en ne laissant en vie que les éléments qui font ou ont fait sens. Scalper, décoller la surface, et dévoiler ses mystères: mettre à nu des années de superpositions pigmentées, strates effectives d’un passé qui se voit recomposé dans une nouvelle image, apparition temporelle imprévisible, révélation!
Comme un trait d’union entre ce retournement temporel scalpé et sa recontextualisation (par une simple ligne d’horizon par exemple), l’œuvre dessine alors une nouvelle frontière entre une pratique artistique et l’image nomade qui s’y est associée. Un nouveau mode pictural s’articule au passage du temps révélé de la peinture et le met en scène.
Naissent alors les séries des OFNIS (Objets Flottants Non Identifiés), des chambres noires, des headscalps, des landscalps.
Il s’agit à chaque fois de faire face à l’envers du décor, celui auquel on ne s’attendait pas, alter ego pictural qui cherche sa destination: difficile quand on est un scalp de se déterminer comme picturalement référençable! Tel un migrant cherchant sa destination sur une ligne d’horizon, le scalp ne représente jamais un signifié précis, mais propose la résurgence d’une matrice où chacun peut imprimer son regard, son vécu, son sensible.
Les scalps sont les vestiges d’un passé qui ressurgit transformé: Ils se greffent à un présent qui redéfinit les éléments plastiques du langage pictural pour le questionner et proposer leur présence au monde.

Contacts : E-mail : s.blecon@gmail .com
+33 (0)6 61 16 54 49
Site Internet : Website : www.stephane-blecon.com

 

Céline Sassatelli :

Celine Sassatelli évoque dans ses collages des figures féminines iconiques des temps passés.

Elle parle des artifices, des conventions et des clichés avec un humour décapant.

Sur une trame de papiers déchirés et retravaillés, elle impose des visages, des corps, pour une recomposition étonnante.

Elle collecte, glane, déchire, dérobe au hasard de ses déambulations, les univers collés sous nos yeux et que nous ne voyons même plus.

Dans son travail artistique, elle cherche avant tout à composer ses tableaux en mêlant des images anciennes avec des mots, des phrases. De là naît une petite histoire racontée dans laquelle chaque spectateur peut entrer …ou inventer la sienne.

Elle mêle au collage l’acrylique et travaille en volume aussi avec de vieilles affiches récupérées dans la rue.

Contacts :celinesassa@yahoo.fr
06 20 62 70 72
Site Internet : http://www.celinesassatelli.com/galerie

 

Mira-Bella :

Depuis toujours, j’éprouve le besoin de créer. J’ai commencé par la peinture pour la couleur et la lumière. Puis j’ai eu besoin de plus de matière.
La terre offre une liberté infinie de réalisation. Sculpter avec ses mains, sculpter dans sa tête, c’est avec cette matière que je peux m’exprimer sans limite.
C’est ainsi que depuis quelques années je suis tombée amoureuse de la terre, que ce soit la faïence, le grès, la porcelaine, tout m’interpelle, la sculpture, la céramique, la poterie. Pouvoir modeler et travailler la terre en volume est un moyen de créer que j’adore.

Mon parcours initiatique a été ponctué de différents Ateliers, stages, et surtout de belles rencontres artistiques très enrichissantes et inspirantes.
La sculpture me permet de transposer dans la réalité mes pensées. Le rêve, les sensations, l’émotion me guident sur le chemin qui mène au bonheur de créer.

Les Miras sont des sculptures de femme, en grès patiné, ou émaillé. Elles naissent de mon imaginaire et me permettent de créer mes codes en toute liberté. J’essaie de donner à ces créations de la féminité, de la plénitude, de l’originalité et de la modernité en laissant s’exprimer mon imagination.

Contacts : mireille.sorci@free.fr
+33 (0)6 27 26 31 05
Site Internet : facebook.com/Mira-bella-746977342059204

 

Béatrice Gillman :

Mes deux grandes passions sont le théâtre et la sculpture qui, en ce qui me concerne, se complètent parfaitement. Ma source d’inspiration a toujours été la femme, dans toute sa diversité…la maternité, la tendresse, la séduction, la souffrance… bref, l’émotion.

Contacts : beatack@hotmail.fr
06 82 35 83 45

Exposition « Alter Ego »

Flyer VLouafi & Malagarty & BAmoros & AMillet

 

Flyer VLouafi & Malagarty & BAmoros & AMillet2

 

Valentine Louafi, paper art

Je travaille principalement sur des portraits de femmes et d’hommes issus de peuples indigènes à travers le monde. J’aime à penser que mon art est un pont entre les cultures en créant une rencontre entre individus qui ne se côtoient pas et se jugent en permanence. Mes portraits sont une invitation à faire tomber les barrières. J’ai été élevé dans un contexte humaniste où le leitmotiv était que nous sommes tous frères. Je cherche à recréer du lien. Ma plus grande influence, ce sont les gens eux-mêmes, C’est nous tous. Nous sommes tous interconnectés.
Je suis curieuse des autres. Et en cela, mon art m’instruit moi-même. Et je veux donc transmettre cela aux autres. Le portrait, c’est un jeu de regards qui se met en place entre ces visages qui fixent et ceux qui les regardent. Curieuse des autres et du monde qui m’entoure, mes œuvres sont une invitation à se découvrir, à découvrir l’autre et à créer des liens malgré les différences. C’est une démarche assez altruiste en fait.
Ma pratique a toujours était liée à ce type de représentation de par sa sobriété, sa délicatesse et sa puissance d’impact visuel, pauvre en détail mais pleine de sens. Il y a une recherche symbolique d’équilibre également. Mon travail actuel s’inspire de cela, il y a une dimension philosophique de la théorie du vide et du plein qui prend tout son sens ici. Des lignes et contours acérés, chercher l’équilibre parfait entre les vides et les pleins, jouer avec les ombres qui ont besoin de la lumière, révéler ce qui existe déjà mais a besoin des deux entités pour naître.
De plus, je cherche à retrouver une forme instinctive de création. Je laisse la part belle à l’improvisation une fois le découpage en cours. Je ne suis pas forcément le tracé initial lorsque je découpe, cela devient c’est cela qui la fait vivre.
Enfin, avec des outils aussi sommaires qu’une feuille de papier et un scalpel, cela me pousse à être plus inventive. J’ai toujours pensé que, des contraintes naît la créativité. Et cela satisfait mon niveau d’exigence en matière de perfection et de précision, car l’erreur n’est pas permise. Un mauvais coup de lame et tout est à refaire. J’aime ce côté défi qui me pousse à donner le meilleur de moi-même. Ce minimalisme dans le matériel est tout à fait une représentation de mon mode de vie quotidien, ascétique et anti-consumériste.
Contacts : shalala@nagalincom.fr – 06 20 26 35 21
Website :
facebook : www.facebook.com/nagalincom
Instagram : www.instagram.com/shalala.cuts.paper

Malagarty, artiste Urban Pop

En perpétuelle observatrice des activités du monde qui l’entoure, elle puise son inspiration dans la dynamique de la ville et des gens qui la font vibrer. A cette énergie urbaine, elle y mélange ses autres passions, la bande dessinée et la musique.
Le choix du portrait tant au féminin qu’au masculin est la représentation de son regard sur la complexité humaine, sa particularité, sa fragilité. Son travail lui offre des possibilités infinies entre l’esthétisme et l’émotionnel.
Son art s’étale sur différents supports, éphémères ou nobles, le carton ou la toile, le plastique ou le bois. Sur ces trames, elle décompose, un pochoir pour garder un esthétisme entre le dessin et la photo, le feutre ou le journal pour animer de relief le sujet. Elle joue des matières pour créer son univers et ses codes.
L’acrylique est son instantané. Jonglant entre bombes de peinture, feutres ou pinceaux, elle s’ajoute par couches successives de couleurs et exalte sa liberté d’expression.
Comme tout artiste, ses émotions, demeurent le tempo essentiel de sa création qui murit au gré du temps et des rencontres. Leurs résonances se traduisent dans la délivrance d’une histoire, d’une mode, qu’elle décide de raconter.

Contacts : malagarty@gmail.com – 06 38 37 03 37
Website : www.malagarty.com
Facebook : mlg_malagarty
Instagram : @malagarty

Alexandre Elie Millet

J’essaie dans mon travail d’évoquer sentiments et émotions, éprouvés parfois jusqu’à l’absurde. L’esthétique industrielle dont je m’inspire me semble résonner en nous telle un écho familier, nous renvoyant à notre propre mélancolie. Temps révolus, de rouille et de ronces devenus. L’irréfutable rationalité de ses formes à présent désuètes est balayée par de toute autres et tout aussi rationnelles vérités, l’immatérialité des échanges, la fluidité de nos existences… Elle nous offre peut-être, comme un cadeau d’adieu, la possibilité d’illustrer poétiquement notre présent…

Contact : milletalex@live.fr – 0609 49 02 53
Barthélémy Amoros, sculpteur plâtre et résine

« Mon travail s’articule autour de la transformation d’objets usuels. J’essaye d’explorer l’idée qu’un objet peut être représenté par le détournement de sa matière originelle. L’idée de juxtaposer le phénomène du réchauffement climatique qui préoccupe notre société a germée très tôt. La représentation d’objets littéralement fondus m’est alors apparue comme une évidence. Dali avait déjà exploré cette voie en nous montrant ses « montres molles ».
Inspiré également par le travail de César dans ses « expansions », le concept de coulure a été pour moi une révélation.
L’exploration de ce concept est infini, j’ai en cours beaucoup d’idées à concrétiser. Je vais introduire également la présence de personnages, visages etc… »
Contacts : bart-a@hotmail.fr – 06 63 63 88 85
Website : blysaarna.com